Webmail | Inscription
Investiture du collège des étudiants 2018-2019, mot de circonstance du Directeur Général Goma, 19 janvier 2019

Investiture du collège des étudiants 2018-2019, mot de circonstance du Directeur Général Goma, 19 janvier 2019

Chers étudiantes et étudiants de l'ISIG,

Il est vrai que le plus souvent j'ai des difficultés à cacher mon insatisfaction générale face à la jeunesse étudiante de la génération actuelle.

En contraste avec ce sentiment général souvent négatif, il m'est un plaisir d'avouer que la modeste cérémonie de ce matin constitue en réalité un motif de fierté pour les étudiants de l'ISIG.

Je voudrais juste circonscrire ce double sentiment qui est mien aujourd'hui avant de prodiguer quelques recommandations aux étudiants et, de manière spéciale, à l'équipe dirigeante qui entre en fonction en ce jour mémorable du 19 Janvier 2019.

Déjà à son époque, Alexis de Tocqueville rappelait, non sans raison, que le premier devoir des gouvernements devrait consister à faire comprendre constamment à leurs jeunesses qu'il n'y a rien de vraiment durable et précieux que l'on peut obtenir sans effort.

Parlant justement de l'effort, je dois avouer qu'il s'agit de l'une des qualités les plus rares auprès des étudiants de cette génération.

Mes collègues enseignants ici présents partagent certainement mes inquiétudes quant à la tendance actuelle de nos étudiants à rêver d'une brillante réussite aux études et dans la vie tout en se dispensant de l'effort que cela nécessite

Alors que des parents affrontent une conjoncture économique extrêmement difficile, que la république

Démocratique du Congo négocie un des tournants les plus délicats de son Histoire, nous faisons souvent face à des étudiants qui ne prennent pas conscience de du fait que l'Education constitue leur unique chance de pouvoir s'en sortir dans une situation aussi incertaine que la nôtre.

Il est en effet décevant et parfois déroutant de relever sur des copies d'examens des signes indiscutables qui prouvent sans équivoque que beaucoup de nos étudiants adoptent le principe de moindres efforts.

A cette attitude académiquement rétrograde s'ajoute parfois une irresponsabilité sans pareille de certains étudiants qui ne respectent pas les consignes des évaluations, lorsque d'autres veulent jongler avec les échéances des remises des travaux pratiques, rapports de stages, mémoires et travaux de fin d'études sans oublier ceux-là qui poussent l'indiscipline jusqu'à consommer tout ou partie des frais académiques que leurs parents obtiennent justement au prix de beaucoup d'efforts.

Avec une jeunesse étudiante généralement aussi peu disposée à l'Effort il est tout à fait normal que les formateurs que nous sommes expriment une certaine inquiétude et même un certain pessimisme.

Camarades étudiants, il est évident que la situation ainsi décrite est loin d'être générale et les plus sérieux d'entre vous pourraient, à juste titre, avoir l'impression que nous généralisons abusivement.

Nous sommes en effet, tellement bouleversés par l'insuffisance de vos efforts que nous en venons souvent à ne rien apprécier chez vous, même lorsque vous méritez notre estime.

Ce matin, lorsqu'il m'est venu l'idée de replacer la modeste cérémonie d'aujourd'hui dans son environnement global, j'ai eu le plaisir de réaliser que les étudiants de l'ISIG méritent, pour ce qu'ils viennent de réaliser, des remerciements et même des félicitations de la part de l'ensemble des autres parties prenantes de notre action éducative que sont les parents, les enseignants ainsi que la société du Nord Kivu.

En effet, alors que notre belle province du Nord-Kivu est encore très loin d'avoir éradiqué le virus de tribalisme, encore plus redoutable et plus dévastateur que celui d'ébola, au moment où dans notre inconscient collectif nous semblons associer l'image de la violence à l'étudiant de Goma réputé casseur inconscient et manipulé, en cette période où beaucoup d'institutions d'enseignement supérieur et universitaire du Nord-Kivu ne parviennent même pas à bien organiser le vote des représentants des étudiants au suffrage indirect, les étudiants de l'ISIG se sont nettement distingués en choisissant, au suffrage direct et en plus dans un climat de paix et d'objectivité, le porte-parole ainsi que porte-parole adjoint que nous venons d'investir.

Camarades étudiants, il m'est un devoir agréable de vous féliciter au nom de toute notre communauté isigienne. C'est aussi pour moi l'occasion de renouveler mes remerciements à vos parents, à mes collègues du Comité de Gestion ainsi qu'à mon Conseil d'administration pour avoir compris que la crise que traverse notre Pays ne nous dispense pas du devoir de fournir des Efforts pour développer l'Institut

Supérieur d'informatique et de Gestion (ISIG) de Goma.

En plus de tous les indices de performance que nous accumulons aussi bien dans l'amélioration progressive de la qualité de nos enseignements, de nos recherches, de la Coopération ainsi que dans nos efforts pour que, dans un avenir proche, l'ISIG renforce ses services à la société, le tout dernier signe palpable prouvant que nous ne croisons pas les bras est la progression du chantier qui est juste devant vous et que les bâches de notre ingénieur n'arrivent plus à cacher. Ce chantier en cours d'achèvement se réalise progressivement sans aucun crédit bancaire (je doute que cette précision plaise vraiment à mon ami Freddy Nyamabo qui est un grand banquier ...) et constitue une des preuves de la rationalisation de notre gestion.

Nous remercions une fois de plus les étudiants ainsi que leurs parents qui fournissent beaucoup d'efforts pour s'acquitter des frais académiques.

S'il est vrai que c'est à toute la communauté étudiante de l'ISIG que revient le mérite susmentionné, je voudrais spécialement :

  • Remercier le Porte-parole sortant, Monsieur NYALULERHA MUHIMUZI CLOVIS ainsi que son adjointe, Mademoiselle MIDURA UWE GUYLAINE, sans oublier toute leur équipe pour le climat dans lequel nous avons travaillé.

Je sais que par moment cette équipe était un peu déçue en constatant que ses attentes ne rencontrent pas forcément les contraintes auxquelles sont soumis mon comité de Gestion.

Monsieur le Porte-parole honoraire cela est tout à fait normal.

Loin de nous diviser, nos divergences doivent nous enrichir ;

  • Il m'est également un plaisir de souligner le fait que sans être membres du collège, certains étudiants se sont investis corps et âme pour que tout fonctionne à merveille.

Mesdames mesdemoiselles et Messieurs, distingués invités, à vos titres et qualités respectives, permettez-moi de vous prendre encore quelques minutes pour féliciter Messieurs :

 KALEMA SHANGO, nouveau porte-parole des étudiants de l'ISIG.

 LUKUBIKA BAVULA, nouveau porte-parole adjoint des étudiants de l'ISIG.

Il est indiscutable que vous avez été élu avec un score très respectable mais il faut garder à l'esprit le fait que vous n'avez pas réalisé 100 pour 100 des suffrages exprimés : l'université étant la première pépinière de la Démocratie, votre première tâche consistera sans doute à ne pas perdre de vue le fait que vous êtes représentants de Tous les étudiants de l'ISIG, en commençant par ceux-là qui ont été vos adversaires et ceux-là qui ne vous ont pas élus Demeurez les plus proches possible de la communauté étudiante pour le bien de notre ALMAMATER ISIG.

Il arrive malheureusement que les porte-paroles des étudiants prennent un peu trop au sérieux leurs fonctions qu'ils négligent les études ou qu'ils échouent.

Prenez soin de ne pas perdre de vue le fait que vous êtes d'abord étudiants avant d'être représentants de vos camarades. Faites l'Effort de garder comme prioritaire votre devoir de réussir aux études. Il est logiquement impossible d'être un bon représentant des étudiants lorsque l'on est un mauvais étudiant.

Je voudrais finir mon adresse en rappelant à tous les étudiants ici présents la célèbre citation de Nelson MANDELA : l'Education est l'arme la plus puissante que l'on puisse utiliser pour changer le Monde.

Tous les experts en perspectives sont unanimes sur le fait que l'avenir de l'Humanité réside dans l'Economie des savoirs. Comme le martelait le célèbre savant sénégalais, Cheik ANTA DIOP, en s'adressant à la jeunesse africaine lors d'une célèbre conférence à Niamey, vous devez vous armer de savoir jusqu'aux dents pour affronter les décis du Monde de demain.

Certains d'entre vous accordent priorité aux activités de loisir, à de petits commerces en estimant que les études coûtent cher.

Chers petits frères, chères petites sœurs chéries, s'il faut vous endetter pour financer vos études, faites-le avec la plus grande détermination que vous puissiez avoir.

Je vous laisse en paraphrasant DEREK BOK : ceux d'entre vous qui, pendant cette jeunesse, vont abandonner de bonnes études sous prétexte qu'elles coûtent cher, comprendront avec beaucoup de larmes, dans leur âge adulte que l'ignorance coûte encore plus cher...

Pour l'Institut Supérieur d'Informatique et de Gestion, son Directeur Général

Dr. ZIHINDULA BIGURU Lucien

Professeur

Partager ceci